Data Loading...

22 01 ODM NSL Flipbook PDF

22 01 ODM NSL


120 Views
86 Downloads
FLIP PDF 12.26MB

DOWNLOAD FLIP

REPORT DMCA

OISEAUX

Less

© Philippe Rocher

Réalisé par des éleveurs... pour des éleveurs

Serin cini 36ème année - N° 393 - Janvier 2022

ddu Monde

ÉDITO Éditeur : UOF(COM France) Directeur de la publication et rédacteur en chef Pierre CHANNOY 8 rue Racine 30133 LES ANGLES Délégué à la rédaction Lionel DUROCHAT [email protected] Abonnements Publicité Daniel HANS 11 rue Heibel 68380 BREITENBACH [email protected] Tél : 06 08 53 88 59 Établir votre chèque à l’ordre de «SAS - Les Oiseaux du Monde» Conception Guy DOUMERGUE Impression Onlineprinters Neustadt - Allemagne Numéro de C.P.P.A.P. 0517 G 90004 ISSN 0754-0884 Dépôt légal : à parution Les Oiseaux du Monde est une publication de l’UOF gérée par la SAS Les Oiseaux du Monde Siret 52755047900010 / TVA intra. FR31527550479 / APE4778C

La revue Les Oiseaux du Monde est distribuée uniquement par abonnement aux conditions générales suivantes : Abonnement pour 10 parutions Abt individuel Abt DOM et TOM Abt autres pays Abt adhérent UOF

48,00 € 58,00 € 58,00 € 40,00 €

A

insi s’en est allée 2021 avec son cortège d’espoirs et de déceptions. Seconde année marquée par la crise sanitaire de la COVID, les mois qui se sont écoulés ont été à la fois difficiles et plus doux pour nos adhérents et de nos clubs. Que dire après l’année que nous venons tous de vivre ? En dépit de la douleur, de la tristesse et de la solitude qui nous a tous touchés, c’est avec confiance et optimisme que nous abordons l’année ornithologique 2022. Il serait facile de tomber dans l’excès et la dramatisation en alignant la COVID, l’Influenza aviaire, les nouvelles obligations réglementaires, le vote d’une loi sur l’instauration d’une liste positive etc. Mais, regardons aussi le verre côté moitié plein… Malgré une crise sanitaire sans précédent, notre Union reste dans le paysage ornithologique comme un phare d’espoir et un point de stabilité pour les passionnés de l’élevage de nos chers êtres à plumes. Si nos anciens n’ont pas connu une telle épidémie, ils ont connu des guerres et ce, à un tel point qu’ils n’avaient pas de graines à donner à leurs protégés. A

Pierre Channoy Président de lUOF (COM France)

cette époque, forcément, le nombre de passionnés avait drastiquement chuté. Cette chute n’était pourtant pas définitive et quelques années plus tard, les éleveurs amateurs redevenus assez nombreux ont pu se reconstituer en associations, puis en fédérations… En comparaison, nous avons toujours nos oiseaux, nous avons toujours l’essentiel pour assurer leur bien-être. Si une perte de biodiversité dans nos volières est certaine, nos amis ailés restent présents dans les foyers de l’Hexagone et ailleurs en Europe. L’élevage français s’est ainsi réorienté vers des espèces plus domestiquées offrant une multitude de variétés de mutations et de coloris. Ce changement est donc une renaissance. Si le paysage se modifie, la passion subsiste et s’adapte à un contexte plus contraignant. Plus que jamais, l’éleveur amateur d’oiseaux aura besoin des structures associatives pour le défendre, pour avoir une visibilité. Face à l’épreuve, les irréductibles indépendants et déçus du système ont compris qu’il était de leur

Prélèvement trimestriel possible. Les abonnements peuvent être contractés à n’importe quel moment de l’année. COPYRIGHT : toutes reproductions sont interdites sans autorisation écrite de l’auteur et de la rédaction de la revue. La rédaction ne serait être tenue pour responsable des propos tenus par les auteurs dans leurs articles.

Serin cini couleurs ancestrales mâle Éleveur Manuel de Figueiredo Championnat de France Woincourt 2009 © Philippe Rocher

Les Oiseaux du Monde - 1 - N° 393 - Janvier 2022

2 2 0 2022 2

2022

intérêt de se regrouper dans des structures collaboratives. La solidarité ornithologique est donc en marche, et s’il faut bien effacer les erreurs du passé, nous nous devons de rester vigilants sur les mesures futures à prendre en commun. A chaque problème existe une solution. Certes, nous devrons évoluer pour rester en concordance avec la société civile, mais nous saurons faire entendre notre différence. Pourquoi les ultra-citadins auraient-ils plus de légitimité que nous à défendre les animaux qu’ils ne côtoient plus qu’au travers des écrans, tableaux, photos, vidéos… Ils vivent la protection par procuration, nous la vivons au quotidien par nos soins et la transmission de notre savoir empirique !

breuses : désirs, urgences et projets sont là ! L’ornithologie, l’UOF (COM France) et les éleveurs y ont un rôle décisif à jouer. Comment rebondir ensemble, et faire des crises que nous vivons des opportunités de réinvention et de renaissance ? Toutes ces questions seront au cœur de l’année ornithologique à venir et nous espérons que vous serez avec nous, que cette année nous reconstruira et nous rapprochera le plus possible de tout ce qui nous a manqué. De la vie donc ! Très bonne année 2022, profitez bien de ce moment d’espérance pour notre Union !

Plus que jamais, nous aurons besoin de pouvoir nous réunir et partager des moments de convivialité, de joie et d’émotions entre éleveurs de nos régions et du monde entier. Malgré la crise écologique, sanitaire et sociale, les raisons de croire en l’UOF (COM France) sont nom-

Le e président le bureau de l’UOF (COM France) ainsi que toute l’équipe de votre revue « Les Oiseaux du Monde » vous souhaitent une bonne année

2022 Les Oiseaux du Monde - 2 - N° 393 - Janvier 2022

Sommaire

Toui céleste panaché turquoise mâle Élevage et © Davide Tornatore

Cici petit-chanteur couleurs ancestrales mâle Éleveur Thierry Humbert - CGTE 2018 © Sylvain Chartier

Éditorial

p1

Standard du Cici petit-chanteur

p 18

Sommaire

p3

Enquête ProNaturA

p 19

Concours 2021 - Marles-les-Mines

p4

Élevage du Serin cini

p 20

Concours 2021 - CGTE

p8

La sélection de mutations chez le Toui céleste - 1ère partie

p 22

Concours 2021 - Istres

p 14

Une petite contribution à l’élevage du Cici petit-chanteur ou Petit chanteur de Cuba

Le GORNA : centre de sauvegarde pour la faune sauvage

p 25

p 16

Législation - 2ème partie

p 28

La page du débutant : le fruit de la passion

p 32

tact Con

Vou s

ez P ie pres 06 81 rre CH iden 61 7 ANN [email protected] 8 OY rnith 20 olog ies. fr

p 11

sou Les haitez c Ois eau ommun x du iq Mon uer dan s de ?

Concours 2021 - Palavas-les-Flots

Les Oiseaux du Monde - 3 - N° 393 - Janvier 2022

Le proch ain numé ro arrivera chez vo us vers le 1 5 février

Canari agate jaune intensif Éleveur Jacky Luchier Marles-les-Mines 2021 © Sylvain Chartier

Amadine cou-coupé opale Éleveur Olivier Compain CGTE 2021 © Sylvain Chartier

Perruche ondulée ailes grises opaline bleu - Éleveur Luis Cascales - Palavas-les-Flots 2021 © Guy Doumergue

Chardonneret élégant ssp minor couleurs ancestrales Éleveur Hang Nguyen Istres 2021 © Guy Doumergue

CONCOURS 2021 Dਤ Dਤਯ਴ਨਲ ਤਯ਴ ਰ਴ਤਫਰ਴ਤਲ ਠਭਭ੉ਤਲ ਭਮਲ਼਱ਤ ਱ਤਵ਴ਤ « Les Oiseaux du monde » consacre traditio tionnellement dans son N° de janvier une quinzaine de pages au Championnat de France UOF COM France et à cette occasion vous présente quelques un des meilF le leurs oiseaux exposés et primés. En l’absence de national, le comité de rédaction de la revue et la commission photo de l’UOF COM France ont essayé de pallier à d ce manque. Ils vous proposent donc un petit tour de France des expositions auxque quelles les photographes ont été invités et qui ont pu se tenir malgré le contexte compliqué, prises entre l’épidémie liée à la Covid 19 et les mesures préfectorales engendrées par la présence de la grippe aviaire sur notre territoire. Nous remercions les clubs et les éleveurs pour leur participation à ces quelques pages. C’est une fois de plus la preuve que nos oiseaux sont beaux quel que soit le concours dans lequel ils sont présentés et certains parmi eux auraient certainement pu prétendre à décrocher une récompense nationale. Mais cette année l’alignement des planètes était imparfait et les expositions sont tombées avant même d’avoir pu se lancer. Que 2022 nous permette de retrouver toutes les expressions de notre passion commune, l’oiseau. l’UOF (COM France) remercie les éleveurs et les organisateurs pour leur patience et leur persévérance à atteindre la perfection malgré toutes les difficultés rencontrées. Canari noir jaspe simple dilution rouge mosaïque mâle - Éleveur Didier LOHEZ Marles-les-Mines 2021 © Sylvain Chartier

Exposition internationale de Lens 11 au 17 octobre 2021

Louis Foulon

ette année, exceptionnellement, le concours de Lens n’a pas eu lieu comme tous les ans salle Bertinchamps car celleci était réservée à la vaccination covid. C’est avec l’amabilité et la complaisance du maire de Marlesles-Mines, commune située à quelques kilomètres de Lens, que nous avons pu profiter d’une salle de sport suffisamment spacieuse (pour recevoir plus de 2000 oiseaux) et surtout lumineuse, condition essentielle pour une exposition de canaris de couleur dans de

bonnes conditions pour le jugement des oiseaux. Comme je vous l’ai dit, nous avons accueilli plus de 2000 oiseaux (dont les deux tiers des canaris de couleur) jugés par vingt juges dont douze pour les canaris de couleurs, quatre pour les canaris de postures, deux pour les exotiques et deux pour les becs crochus. Sur un total de 95 éleveurs, quatorze venaient de la région bordelaise (club de l’AOG), neuf de la région Ile de France (club CCIF) et six de l’Oise (clubs UOA et LGA) pour un total d’un peu plus de 300 oiseaux engagés arrivés en convoyages organisés par ces quatre clubs dans le respect du bien-être des oiseaux. Les juges provenaient de quatre nationalités différentes comme le veut le règlement pour un concours international COM : France, Belgique, Angleterre et Pays-Bas. Le temps nécessaire pour la bonne réalisation de l’exposition était de six jours exactement : implantation, enlogement des

C

Les Oiseaux du Monde - 4 - N° 393 - Janvier 2022

Président du Canari Club Lensois

oiseaux, jugement, rangement des oiseaux par types et classes de couleur définies par l’UOF, présentation au public pour le week-end, et pour terminer remise des prix aux éleveurs puis délogement au cours de la dernière demi-journée (dimanche aprèsmidi). Beaucoup de visiteurs, pour la plupart des éleveurs des Hauts de France vue notre situation géographique, mais aussi des néophytes venant prendre connaissance de ce que peut représenter une exposition de canaris, et qui pour la plupart sont repartis satisfaits et étonnés de voir tous ces oiseaux présentés dans de bonnes conditions en cages individuelles et volières dans le respect du bien-être animal que nous nous sommes efforcés de mettre en valeur, élément essentiel de nos jours. Je note aussi que parmi les visiteurs nous avons pu rencontrer Madame la Députée du Pasde-Calais ainsi que Monsieur le maire de Marles-les-Mines (accompagné de conseillers municipaux de sa ville) que je remercie plus particulièrement pour nous avoir accordé la salle des sports Gentils de sa commune. Nous remercions les éleveurs et convoyeurs pour leurs investissements et leurs participations à notre concours international.

Passionné d’ornithologie depuis son plus jeune âge, Pierre JOURDAN 29 ans élève des canaris. Il est adhérent à l’Amicale Ornithologie Girondine depuis 6 ans. Il se distingue à Marles-les-Mines avec ce canari brun mogno mosaïque jaune femelle jugée à 93 points. © Sylvain Chartier

Jean-Pierre CIMIANO éleveur de la région parisienne remporte le titre de champion avec un canari noir jaune mosaïque femelle à Marles-les-Mines © Sylvain Chartier

Les Oiseaux du Monde - 5 - N° 393 - Janvier 2022

M. Joan Van der MAELEN juge international belge à Marles-les-Mines © Sylvain Chartier

Canari agate opale blanc Éleveur Pascal Blanquart Marles-les-Mines 2021 © Sylvain Chartier

Dominique Chappe présente l'oiseau de son fils Pierre Chappe, retenu par ses obligations professionnelles, qui remporte le titre d'OISEAU EXCEPTIONNEL en canari jaune intensif à Marles-les-Mines 2021 © Sylvain Chartier.

Les Oiseaux du Monde - 6 - N° 393 - Janvier 2022

2 1

4

3

6

5

1 / Canari brun cobalt jaune mosaïque mâle Éleveur Nicolas Delbecque © Sylvain Chartier 2 / Canari agate cobalt jaune intensif Éleveur Patrick Bigot © Sylvain Chartier 3/ Canari noir onyx jaune schimmel Éleveur Denis Bardeaux © Sylvain Chartier

4 / Canari phaéo jaune schimmel Éleveur Frédéric Laboure © Sylvain Chartier 5 / Canari noir mogno jaune mosaïque femelle Éleveur Philippe Berseille © Sylvain Chartier 6 / Canari noir ailes grises rouge mosaïque femelle Éleveur Bruno Delporte © Sylvain Chartier

Les Oiseaux du Monde - 7 - N° 393 - Janvier 2022

Festival national des Estrildidés 11 et 12 septembre 2021- Les Herbiers (Vendée)

Texte et photos Sylvain Chartier

D

epuis plusieurs années, je suis invité pour faire un reportage complet sur cette manifestation. Cette année encore, Claude Crétual, président du Club et Groupement Technique des Estrildidés, m'a confirmé mon intervention en tant que photographe de la commission photos UOF (COM France) dans le cadre du 18ème Championnat des Estrildidés. Cette année 2021, le lieu a changé : c’est au Parc des Expositions des Herbiers (Vendée) qu’a lieu la manifestation. Dès mon arrivée, au détour d'une allée, je rencontre Béatrice et Jean-Luc Navarro, les convoyeurs de la région parisienne. A peine sont-ils arrivés sur les lieux que déjà ils s’affairent à enloger les oiseaux dont ils ont la responsabilité. De mon côté, je fais de même avec les oiseaux que j'ai convoyés, une quarantaine environ. Ouf ! Après ce travail minutieux, je saBruno Savary, avec un Diamant de Gould jaune poitrine blanche tête rouge de 93 points. Il remporte le grand prix d'élevage en Diamant de Gould.

lue le reste de l'équipe. Autour de moi, les convoyeurs et éleveurs des autres régions s'activent et les rangées se remplissent. Claude me montre le lieu où je vais installer mon studio photo : une belle petite salle qui ferme à clefs avec table, électricité, enfin tout ce qu’il faut pour travailler dans de bonnes conditions. Claude me parle de ma mission pour cette année : l'accent sera mis sur les Diamants de Gould et les Capucins bec d'argent, et bien sûr aussi les estrildidés rares du festival et les meilleurs champions. Claude me rassure pour le choix des oiseaux à photographier : je serai accompagné d'un technicien de l'ornithologie que l'on ne présente plus : René Druais. Ce dernier a préparé minutieusement la liste des oiseaux dont il manque les photos pour les standards et se chargera, dès que les juges les auront Les Oiseaux du Monde - 8 - N° 393 - Janvier 2022

Couple de Diamants de Gould jaunes poitrine blanche tête rouge - Éleveur Bruno Savary

choisis, de m'amener les oiseaux dans mon local pour que j’en réalise le « portrait ». Après toute cette préparation, j'apprécie de faire un tour dans la salle pour voir les oiseaux et papoter avec les copains. Cette année, malgré les restrictions sanitaires, cette manifestation a pu avoir lieu et je ressens dans la salle le besoin qu'avaient les éleveurs de se voir de nouveau. En concours : pas moins de 1298 oiseaux avec un nombre important d'éleveurs : 81 au total. A l'issue des résultats de jugements, une avalanche de récompenses : • Au total 255 champions, 129 deuxièmes et 79 troisièmes. • Quatre challenges : Marcel Briot (meilleur total sur 10 oiseaux), C.G.T.E (plus grand nombre de médailles), Jean Pichon (1 : meilleur stam de Diamants de Gould et 2 : plus grand nombre de champions en Diamants de Gould). • Un trophée UOF (plus grand nombre total de champions). • Un Grand prix d'élevage sur huit oiseaux dans huit catégories. Pendant ce festival, le samedi est ré-

servé à une réunion technique avec les éleveurs présents et les juges de la section Exotiques bec droit où est débattu, en autres sujets, l'avancement des standards alors que le dimanche a lieu l'Assemblée Générale. L'équipe du CGTE a réussi, au fil des années, à créer une très bonne ambiance décontractée mais studieuse tout au long du festival. Cette année, parmi les éleveurs, nous pouvons souligner la présence d'un couple d'éleveurs venus de la Réunion : Grégory René et Elonise, sa compagne. Avec trois autres éleveurs de leur île, ils ont participé au concours avec 45 oiseaux et sont repartis avec neuf titres de champions : un grand merci à eux pour leur présence.

Grégory Rene et sa compagne Élonise venus tout spécialement de l’Ile de la Réunion pour concourir au festival.

Capucin sombre brun - Éleveur Grégory RENE -

Comment terminer ces quelques lignes ? En signalant d’abord, qu’en deux jours, plus de 80 oiseaux sont passés devant mon objectif et ensuite en félicitant Renée Catalano car impossible de l’oublier : sa soupe de poissons est devenue au fil des années une institution et clôture le festival dans une très grande ambiance de camaraderie. Merci à vous tous et à l'année prochaine.

José Villette se distingue avec cet oiseau de 93 points, un Diamant de Gould vert poitrine couleur ancestrale tête orange.

Les Oiseaux du Monde - 9 - N° 393 - Janvier 2022

1

2

3

4

5

6 Les Oiseaux du Monde - 10 - N° 393 - Janvier 2022

Christian Delfosse juge une série CGTE 2021 © Sylvain Chartier

1 / Diamant de Kittlitz lipochrome jaune yeux noirs Éleveur Thomas Martin 2 / Diamant mandarin gris joues blanches poitrine noire Éleveur René Druais 3 / Capucin à croupion jaune (Lonchura flaviprymna) Éleveur Quentin Soulliaert 4 / Diamant à gouttelettes à bec et croupion orange Éleveur Michelle Bichon 5 / Padda de Java gris pastel - Éleveur Baptiste Le Polles 6 / Diamant à bavette à croupion blanc couleurs ancestrales Éleveur Christophe Dobbelaere

Concours de Palavas-les-Flots 25 et 26 septembre 2021

La jeunesse bien représentée au concours de Palavas-les-Flots. De gauche à droite : Marie-Claire Tarnus, Sylvain Cicéro, Lina Veyreiras et Bernard Cicéro.

Capucin bec d’argent brun croupion jaune Éleveuse Lina Veyreiras

D

epuis 1995, notre association, l’Oiseau Club Palavas Hérault organise chaque année sans exception une ou deux manifestations pour le plaisir de ses adhérents, des amateurs et du grand public. Nos savoir-faire et savoirêtre sont reconnus. J’ai pu constater qu’au fil des années les conditions d’organisation se sont alourdies en termes de réglementation : mairie, préfecture, DDPP, charte, etc. Pour 2021 nous avions programmé un concours avec bourse pour le week-end du 25/26 septembre. Certains esprits chagrins étaient pessimistes : « ce n’est pas la bonne période pour les canaris », « il y a la pandémie et sa cohorte de règles à respecter dont le passe sanitaire », « les gens ont peur », ... Tout cela sonnait comme un frein à notre réussite. De l’eau a coulé sous les ponts et notre bateau avançait bien. Nous profitions même d’ac-

Bernard Cicéro Président de l’Oiseau Club Palavas Hérault Photos Guy Doumergue cueillir de nouveaux passagers avec un spécial Agapornis sous l’autorité du dynamique Jeremy Pellerin et un spécial mandarin sous la houlette de Michel Van den Biesen. Mais voilà qu’une semaine avant l’installation de l’exposition, pour donner suite à la décision du ministère de l’agriculture de relever le niveau de la grippe aviaire de « faible » à « modéré », la DDPP 34 nous signifiait une interdiction d’organisation. Qu’à cela ne tienne, je me suis déplacé le lendemain même sur le site de l’administration pour ferrailler et défendre notre passion. Je sais par expérience que ces services sont débordés sur bien des fronts et les politiques passées ont réduit leurs effectifs en peau de chagrin. J’ai donc défendu notre dossier et fait valoir la réglementation en la matière avec en particulier la possibilité d’appliquer une dérogation au titre de l’arrêté ministériel du 16 Mars 2016 (article 7). Je n’ai pas été surpris de la réaction de mes interlocuteurs : ils ne peuvent pas connaître toute la réglementation. Mais l’important dans l’affaire, c’est que des gens qui sont sur un même domaine puissent se parler en présentiel, cela fait du bien et cela crée du lien et de la confiance. C’est ainsi que trois jours après, j’avais une dérogation écrite de la DDPP 34. Nous approchions du port avec un navire bien chargé ; les inscriptions étaient au rendez-vous sans compter les deux spéciaux. Un nouveau défi à relever, le manque de matériel : présentoirs, cages. Le bureau de l’OCPH a fait appel à nos amis et voisins du Gard et du club d’Istres, la solidarité a joué à plein. Qu’ils en soient une nouvelle fois remerciés. Voilà un point important, l’entraide et la solidarité entre nos associations sont primordiales dans cette période politiquement difficile et je rends grâce à nos structures au sein de l’UOF. Que ferions-nous sans notre fédération et les régions, les clubs ? Nous ne serions que des radeaux ballotés dans une tempête qui grossit de jour en jour. Nous voilà au port, presque fin prêt et les mains dans le cambouis pour engager 1214 oiseaux pour le concours, plus les 550 Agapornis, plus 10 juges et 8 convoyeurs. Mais la bourse n’est pas en reste avec ses 684 oiseaux inscrits.

Les Oiseaux du Monde - 11 - N° 393 - Janvier 2022

La jeunesse au pouvoir avec les Diamants mandarins charcoal, de gauche à droite Florian Haar, Mathis Kadri et Létitia Ruimi.

Couple de Diamants mandarins charcoal Éleveuse Létitia Ruimi

Bouvreuil pivoine brun Éleveur Christian Chalendar

L’OCPH s’est construit sur des valeurs humanistes, je dis toujours aux adhérent(es) que l’important c’est d’apporter quelque chose à la communauté. Certains peuvent donner beaucoup de temps d’autres moins. Mais l’important c’est de participer tous ensemble à la réussite commune. C’est ainsi qu’une trentaine d’adhérents nous ont permis de gérer au mieux cette exposition durant toute la semaine sans oublier nos amis gardois et du club d’Avignon et soutenus en cela par la bonne cuisine de Renée Catalano. Ce n’est pas le tout d’être bons en termes d’organisation, mais, il faut mettre tout cela en musique et qu’elle soit belle et harmonieuse. C’est difficile, car nous sommes tous différents et chacun a son caractère, ses susceptibilités, ses attentes. Il n’y a pas de recette si ce n’est de mettre de la convivialité et de la chaleur humaine. Ça été le cas de cette manifestation, elle a été une réussite sur bien des points, en particulier avec la participation de jeunes éleveur(euse)s et pour la première fois à Palavas la présentation de la nouvelle mutation fusain (charcoal) chez les Diamants mandarins. Un seul bémol, le grand public n’a pas été au rendez-vous. Est-ce lié à la pandémie ? Est-ce que des oiseaux en cage ce n’est pas politiquement correct ?... Je voudrais aborder maintenant deux points qui me tiennent à cœur. Nos expositions, quand elles respectent notre chartre du bien-être animal, sont la meilleure défense de notre passion contre nos détracteurs animalistes. C’est notre vitrine où nous affichons nos savoir-faire. Mais aussi, il faut le dire haut et fort, en cette époque où la planète va à vau-l’eau et où la biodiversité s’écroule. Nos élevages sont des puits, des réservoirs de biodiversité. N’oublions jamais que nos oiseaux existent parce que nous les avons fait naître.

Canari frisé du nord lipochrome fond blanc Éleveur Michel Graziani

Les Oiseaux du Monde - 12 - N° 393 - Janvier 2022

Perruche ondulée opaline perlée simple facteur série verte - Éleveur Luis Cascales

1

2

3

4

5

1 / Inséparables rosegorge STAM couleurs ancestrales Éleveur Jany Lecomte 2 / Toui céleste bleu - Éleveuse Barbara Costa Réis 3 / Tourterelle rieuse panachure irrégulière Éleveuse Charlène Gireud 4 / Perruche d’Alexandra inos Éleveuse Charlène Gireud 5 / Canari Gloster corona panaché schimmel Éleveur Daniel Delon

Les Oiseaux du Monde - 13 - N° 393 - Janvier 2022

20ème Salon des Oiseaux et de la Nature Istres 9 et 10 octobre 2021

Michel Brau Président de l’Oiseau Club d’Istres Chardonneret élégant ssp major opale mâle Éleveur Robert Toquebeuf Istres 2021 © Guy Doumergue

Jugement en présence des éleveurs. Ici, Michel Aurite en présence de Robert Toquebeuf, élève juge, Pierre Carel et Claude Lupo © Guy Doumergue

U

ne préparation dans l’incertitude puisque nous n’avons obtenu les dérogations permettant l’autorisation de rassemblement d’oiseaux que trois jours avant la mise à disposition de notre salle d’exposition. Tout ceci à force de ténacité, d’endurance et de persévérance. Notre concours est limité à certaines sections et classes : Faune européenne, Fringillidés exotiques et Hybrides : 175 oiseaux (239 en 2019). Spécial Raza espagnol : 144 oiseaux (165 en 2019). Autres postures : Border, Fife fancy, Scotch fancy, Hoso japonais et Fiorino : 13 oiseaux (18 en 2019). On constate une baisse du nombre d’oiseaux en concours par rapport à l’édition précédente en 2019, alors même qu’en raison de l’annulation de la plupart des manifestations prévues sur la région on aurait pu s’attendre à une augmentation de la participation. Surprenant ! Plus de 600 oiseaux à notre bourse ouverte à tous les éleveurs. L’encagement des oiseaux a eu lieu le vendredi 8 octobre à partir de 14h30, les jugements le samedi 9 octobre en présence des éleveurs et du public. Le décagement le dimanche 10 octobre après 17h00. Michel AURITE a jugé la Faune Européenne, les Fringillidés exotiques et les Hybrides. Walid TOUZRI a jugé les canaris posture. Robert TOQUEBEUF, élève juge Faune Européenne et Hybrides a rajouté un stage à son parcours. Nous avons également noté une baisse de la fréquentation du public suite aux mesures Covid 19 et l’obligation de passe sanitaire. Nous sommes néanmoins satisfaits d’avoir pu organiser notre exposition suite à l’année blanche 2020 et les difficultés rencontrées pour l’obtention des dérogations sans compter toutes les mesures sanitaires Covid 19 que nous avons dû mettre en place. Notre but, donner de l’espoir aux éleveurs, est atteint. Mes sincères remerciements à tous les acteurs de cette édition 2021. Tarin des aulnes couleurs ancestrales mâle Éleveur Christophe Rouède Istres 2021 © Guy Doumergue

Les Oiseaux du Monde - 14 - N° 393 - Janvier 2022

Chardonneret élégant ssp minor Éleveur Hang Nguyen Istres 2021 © Guy Doumergue

Tarin rouge couleurs ancestrales mâle Éleveur Joachin Ramirez Istres 2021 © Guy Doumergue

Hybride Canari x Bouvreuil pivoine Éleveur Pierre Carel Istres 2021 © Guy Doumergue

Canari raza espagnola panaché intensif Éleveur Sébastien Martinez Istres 2021 © Guy Doumergue

Les Oiseaux du Monde - 15 - N° 393 - Janvier 2022

Une petite contribution à l’élevage du Cici petit-chanteur ou Petit chanteur de Cuba Anne Laurence J’ਠਨ ਠਢਰ਴ਨਲ ਬਮਭ ਯ਱ਤਬਨਤ਱ ਬ੃ਫਤ lors d’une bourse aux oiseaux à l’automne 2014. J’avais été séduite par son plumage et la promesse de la rusticité de ce petit exotique car mes oiseaux sont en volières extérieures, le bâtiment étant juste mis hors gel lors des hivers alsaciens qui peuvent encore être rudes. Mais très peu d’éleveurs s’intéressaient à lui et je ne lui ai trouvé une compagne que deux ans plus tard.

L

Ci-dessous : Cici petit-chanteur femelle Élevage et © Anne Laurence Ci-dessous à droite : Cici petit-chanteur mâle - Élevage et © Anne Laurence

e Cici petit-chanteur aussi appelé Sporophile petit-chanteur, Phonipara canora (ex-Tiaris canorus), est un petit passereau d’une dizaine de centimètres au dimorphisme sexuel évident. Il est originaire de Cuba et des îles proches. Le mâle a le front, la face et la gorge noirs, contrastant avec une large tache jaune qui démarre au dessus de l’œil et forme un collier interrompu en son milieu. Le dessus du corps est vert olive, le ventre est gris foncé, le bec noir et les yeux marron, les pattes gris-roses. La femelle a le même graphisme que le mâle, mais en plus terne, avec une absence totale de noir et un collier jaune clair étroit. Les jeunes ressemblent à cette dernière en plus pâle et le dimorphisme sexuel apparaît lors de la première mue vers trois mois.

Le chant n’a pas du tout la virtuosité du canari mais c’est une suite de petits trilles agréables, plus ou moins longues. La femelle n’est pas en reste pour vocaliser fortement lorsqu’on approche de son nid. En 2017 mon couple était logé dans une grande volière de 3 m x 3 m où la cohabitation se passait bien avec des canaris, Diamants mandarins et Diamants à gouttelettes. J’ai mis à leur disposition début avril deux nids fermés pour exotiques en osier qu’ils ont vite remplis de fibres de coco et de charpies. Fin avril j’entendis les premiers piaillements des oisillons. J’ai eu cette année là deux couvées de quatre puis trois petits. A l’époque je n’osais pas approcher du nid de crainte de les déranger et je ne baguais pas les oisillons. Main-

Les Oiseaux du Monde - 16 - N° 393 - Janvier 2022

tenant je regarde à l’intérieur avec un petit miroir de dentiste et une lampe fine et je bague les petits tout de suite à la sortie du nid, en 2,5 mm. L’incubation est de onze ou douze jours et la sortie du nid se fait au bout de quinze à vingt jours. Le mâle nourrit les petits encore un mois alors que la femelle pond à nouveau rapidement trois ou quatre œufs, dans le même nid le plus souvent. En avril 2018 le même couple eut deux petits aux ailes trop courtes pour voler ; la seule chose que je notais est qu’il faisait encore assez froid. Puis ils eurent encore cette année là sept petits parfaits. De façon générale la femelle ne reste dans le nid que les deux ou trois premiers jours après l’éclosion, il vaut mieux donc attendre pour mettre les nids que la température extérieure soit clémente. Par contre, en 2019 et dans les mêmes conditions la femelle fit plusieurs pontes mais jeta systématiquement les nouveau-nés hors du nid sans que je trouve ce qui pouvait la perturber. Ceci me décida à les isoler l’année suivante dans des boxes plus petits avec une partie intérieure mesurant 1,7 m de long, 0,80 m de large et 2 m de haut s’ouvrant par une fenêtre d’envol sur une partie extérieure en volière suspendue de 1 x 0,8 x 1 m où ils apprécient le soleil et leur baignoire. Volière et pièce d’élevage Élevage et © Anne Laurence

Je trouvais aussi une femelle pour former un deuxième couple non consanguin avec l’un de mes jeunes et que je logeais dans le box attenant. Depuis le problème est plutôt de les arrêter après trois couvées ! Si j’enlève le nid l’un des couples plume les derniers petits jusqu’à la mort pour essayer de nicher dans une mangeoire, donc je secoue les derniers œufs pour les stériliser ou j’enlève les nids deux jours, je les remets… jusqu’à ce que l’automne les calme. A part cela et le décès suspect d’un mâle, je n’ai pas eu beaucoup de problème d’agressivité dans une même famille, bien que cette espèce ait souvent mauvaise réputation. Un autre souci était l’évasion des jeunes tout juste sortis du nid à travers des mailles de 2 x 2 cm au seul endroit (le fond de la volière suspendue) où il n’y a pas de double grillage ! J’ai résolu le problème en fermant la partie extérieure de la volière pendant une semaine, par la suite ils ont assez grossi pour ne plus réussir à passer.

Cici petit-chanteur juvénile Élevage et © Anne Laurence

Concernant la nourriture je mets à disposition un mélange de 2/3 de graines pour petits exotiques et 1/3 de graines pour canaris, de la Frutti pâtée prête à l’emploi qui contient des fruits, de l’œuf, des vitamines, des endives dont les oiseaux apprécient la partie verte et des pommes et parfois un mélange contenant des insectes séchés. Ils sont aussi très amateurs d’un os de seiche et de millet. A l’automne et en début de printemps je fais en plus une cure de vitamines, avec du Nekton S dans leur eau de boisson. J’espère que cet article aidera quelques éleveurs intéressés par ce passereau vif et plaisant à observer.

Cici petit-chanteur muté « Copie d’écran Facebook »

Les Oiseaux du Monde - 17 - N° 393 - Janvier 2022

Projet de standard du Cici petit-chanteur, Phonipara canora René Druais Secrétaire du CGTE

Taille et masse : 10-12 cm ; 6-10 g. Bec : noir. Yeux : iris brun foncé. Cercle oculaire : gris. Pattes et doigts : gris violacé à rose chair Manteau, dos, croupion, sus-caudales, queue et couvertures alaires : vert olive. Rémiges : brunes bordées d’un liseré jaunâtre.

Mâle Début du front, lores, moitié de la joue, menton et haut de la gorge : un masque noir arrondi part de la base du front, passe autour de l’œil, s’arrondit à la moitié de la joue et recouvre tout le menton et le haut de la gorge. Haut du front, calotte et nuque : gris devenant progressivement plus verdâtre puis vert olive. Collier : au-dessus de l’œil commence un « sourcil » jaune qui s’élargit ensuite dans la région auriculaire, les côtés du Cici petit-chanteur couleurs ancestrales mâle cou pour descendre jusqu’en bas de la gorge, formant un Éleveur Claude Verchère - Championat de France Palavas-lesFlots 2011 © Sylvain Chartier large collier souvent interrompu au centre. Poitrine : noire dans sa partie supérieure s’estompant progressivement en gris noirâtre vers le ventre. Ventre, flancs et cuisses : gris à gris olivâtre. Sous-caudales : gris clair.

Femelle Front, calotte et nuque : gris devenant progressivement plus verdâtre puis vert olive. Lores et « sourcils » : le lore très large est marron et est prolongé au-dessus de l’œil par un « sourcil » de la même couleur. Collier : au-dessus du sourcil commence une bande jaune qui s’élargit ensuite dans la région auriculaire et sur les côtés du cou pour descendre jusqu’aux côtés de la gorge. Joues : gris foncé terne. Elles sont séparées des mandibules inférieures par un trait moustachial marron rejoignant le menton. Menton et gorge : marron. Poitrine et ventre : gris clair. Flancs et cuisses : gris clair, olivâtre à roussâtre clair. Sous-caudales : gris clair à blanchâtre.

Cici petit-chanteur couleurs ancestrales femelle Éleveur Didier Doizon - CGTE 2018 © Sylvain Chartier

Les Oiseaux du Monde - 18 - N° 393 - Janvier 2022

D

ans le cadre des attaques récentes contre l'élevage amateur, Le Docteur vétérinaire Alexis KIERS propose à ProNaturA France de lancer une enquête dont l'objectif est d'évaluer le poids économique de l'élevage amateur et familial d'animaux de races domestiques ou non domestiques en France : identification, alimentation, matériel, soins, participation aux expositions, ... Questionner directement les éleveurs amateurs permettra d'inclure des achats habituellement hors circuits commerciaux et donnera donc une image plus précise que celle donnée par les organisations professionnelles, commerces et industries. Pour obtenir une image aussi précise que possible, il est souhaitable qu'un maximum d'éleveurs répondent à cette enquête qui se terminera fin mars. Le questionnaire comporte 11 questions et y répondre prendra moins de 5 minutes. Vous le trouverez ici : https://forms. gle/116L7zp8BXuSZgyN9 Avec tous mes remerciements et mes amitiés

Colombe diamant croupion blanc Élevage et © Sylvain Chartier

Jean-Jacques LORRIN (ProNaturA)

Les Oiseaux du Monde - 19 - N° 393 - Janvier 2022

Élevage du Serin cini, Serinus serinus Kamil Kubis (Pologne) L’਴ਭ ਣਤਲ ਲਤ਱ਨਭਲ ਤ਴਱ਮਯ੉ਤਭਲ ਫਤਲ ਯਫ਴ਲ ਢਠ਱ਠਢਲ਼੉਱ਨਲਲ਼ਨਰ਴ਤਲ, le Serin cini est une petite espèce d’oiseau habitant l’Afrique du Nord, l’Europe occidentale, centrale et méridionale. Autrefois rencontrée uniquement dans la région méditerranéenne, l’espèce s’est progressivement étendue vers le nord où elle est la principale représentante du genre Serinus.

ODM O DM : En France, comme dans la plupart p lupart des pays d’Europe, cette espèce e spèce est protégée et sa détenttion ion est soumise à une autorisation administrative. a dministrative.

Couple de Serins cinis couleurs ancestrales Élevage et © Kamil Kubis

D

ans son environnement naturel, on trouve souvent ce serin dans les parcs et jardins, construisant un petit nid bien caché dans les arbres avoisinants. C’est un oiseau migrateur. Les populations vivant en Europe centrale et orientale (y compris la Pologne) migrent vers le sud en automne, où les hivers sont plus doux et où il est plus facile pour elles de trouver de la nourriture. Des observations ont montré que les oiseaux nichant en Europe occidentale et méridionale ne voyagent pas loin, mais se rassemblent en groupes familiaux plus importants qui, se déplaçant d’un endroit à l’autre, recherchent de la nourriture de cette manière. Dès fin avril / début mai, j’écoute chaque année leur chant mélodieux (pendant cette période, les adultes arrivent dans notre pays). Un fait intéressant est que les mâles arrivent les

premiers, tandis que les femelles ont un retard de deux semaines.

Description La longueur du corps ne dépasse pas 12 cm. Le dimorphisme sexuel est clairement perceptible : les mâles ont des plumes de couleur jaune citron sur la poitrine et le front, le croupion est blanc comme neige sans aucune teinte ou nuance majeure. Le haut du corps est gris avec une teinte fauve et de nombreuses lignes brunes. La femelle est de couleur beaucoup plus modeste. Son plumage est dominé par la couleur gris-vert. Les juvéniles ressemblent beaucoup aux femelles à la différence, cependant, qu’ils sont plus délicats et de forme élancée. D’après les observations d’élevage, j’ai remarqué que l’intensité de la coloration (surtout chez les mâles) dépend non seulement de l’alimentation mais surtout de leur âge : plus l’oiseau est âgé, plus sa coloration est intense.

Reproduction Dans l’optique de reproduire cette espèce, et compte tenu de leur tempérament impulsif, je recommanderais une volière extérieure bien buissonnante pour un seul couple ou une cage d’au moins 120 cm x 50 cm x 50 cm. La volière n’a pas besoin d’être grande, il est important de garder chaque couple isolé des autres, car les mâles pendant la saison de reproduction sont parfois agressifs envers les autres oiseaux de la même espèce, et peuvent même souvent chasser des espèces plus grosses qu’eux comme les Chardonnerets élégants ou les Verdiers d’Europe. Les oiseaux élevés en captivité se reproduisent facilement dans une volière ou une grande cage. Avant de Les Oiseaux du Monde - 20 - N° 393 - Janvier 2022

Serins cinis juvéniles prêts à quitter le nid Élevage et © Kamil Kubis

commencer à construire un nid, en plus du mélange de graines sèches, nous donnons des graines germées, de la pâtée aux œufs bien préparée et des herbes sauvages, qui constituent la base du menu de leur alimentation. Il est important que les oiseaux apprennent à consommer ladite nourriture, afin que l’éleveur puisse être sûr que les jeunes se développeront correctement après l’éclosion. J’ai découvert par moi-même l’importance des graines germées et de la pâtée aux œufs dans le menu d’élevage il y a quelques années, lorsqu’un superbe couple parfaitement synchronisé a commencé à se reproduire : malheureusement, malgré tous mes efforts, les oiseaux n’ont pas voulu manger de pâtée. Les jeunes de ce couple ont donc été nourris uniquement avec les graines germées, le mélange de base pour serins et les herbes sauvages que j’avais apportées. Malheureusement, les oisillons n’ont survécu que jusqu’au 14ème jour de vie. Ils manquaient de protéines essentielles aux jeunes oiseaux pour leur développement et leur croissance optimale. Les deux parents participent à l’élevage des petits. En observant cette espèce en élevage, j’ai remarqué que ce sont des oiseaux extrêmement attentionnés et protecteurs. Pendant que la femelle reste au nid (au cours de l’incubation des œufs ou lorsque les oisillons ne sont âgés que de quelques jours), les mâles soutiennent périodiquement leur partenaire en la nourrissant et en s’occupant d’elle. Après avoir quitté

le nid, les jeunes restent sous l’œil vigilant de leurs parents, apprenant peu à peu à devenir indépendants. Il est important de fournir aux oiseaux autant de variétés de graines et de mauvaises herbes sauvages que possible pendant cette période. Lorsque les jeunes deviennent indépendants et commencent à se nourrir, c’est le bon moment pour l’éleveur de séparer les jeunes oiseaux de leurs parents, car dans un avenir proche, le couple adulte commencera probablement une autre couvée. Dans des conditions de reproduction satisfaisantes, les oiseaux enchaînent jusqu’à trois couvées par an, mais j’essaie de ne pas dépasser deux couvées dans mon élevage. C’est la quantité optimale pour les oiseaux. En automne, lors de la mue (comme lors de la reproduction), nous devons essayer de fournir beaucoup d’herbes sauvages et de graines, ce qui renforcera les oiseaux et aidera les jeunes à devenir indépendants. Le mélange que j’utilise, en dehors des graines de base, doit contenir entre autres de la laitue, de la chicorée ou de l’onagre. Ces graines de petit calibre sont avidement appréciées par les oiseaux. En conditions de reproduction, cette espèce peut facilement hiberner dans la volière extérieure toute l’année à condition qu’elle soit à l’abri du vent pendant l’hiver. La cyclicité préservée des saisons (printemps, été, automne, hiver) stimule naturellement les oiseaux à se reproduire au bon moment.

En chantant Tout comme leur tempérament, leur chant est extrêmement énergique et rapide. Il se compose de trilles métalliques sonores et de vers rapidement alternés. Dans la nature, il n’est pas rare de voir des mâles de cette espèce se déplacer lentement en utilisant le « vol de papillon », en chantant de manière sonore. Les Serins cinis sont généralement des virtuoses et chantent souvent et volontiers. À ce stade, il convient de mentionner que le Serin cini est un proche cousin du canari sauvage Serinus canaria, un oiseau habitant l’archipel des îles Canaries. Cette connexion incite souvent les éleveurs et les connaisseurs de chants d’oiseaux à hybrider les deux espèces. Les hybrides ainsi obtenus sont des oiseaux très résistants avec un chant intéressant.

En conclusion Le Serin cini est un petit oiseau enjoué et joyeux avec un joli chant. C’est ainsi que cette espèce peut être brièvement décrite. Vu le plumage coloré des mâles, on pourrait dire qu’ils ne manquent de rien (et c’est vraiment le cas !). Malgré ces caractéristiques, il s’agit encore d’un oiseau relativement rare dans les élevages polonais, mais l’intérêt croissant pour les oiseaux de l’avifaune européenne laisse espérer un changement rapide.

Les Oiseaux du Monde - 21 - N° 393 - Janvier 2022

La sélection de mutations chez le Toui céleste 1ère partie

Davide Tornatore (Italie) Jਤ ਬ’ਠਯਯਤਫਫਤ Dਠਵਨਣਤ Tਮ਱ਭਠਲ਼ਮ਱ਤ et je vis dans le nord de l’Italie à Monza. Depuis environ 20 ans j’élève des petits psittacidés du genre Forpus, principalement le Toui céleste Forpus coelestis (l’espèce la plus facilement disponible), mais j’ai aussi élevé le Toui à lunettes Forpus conspicillatus, le Toui été Forpus passerinus et le Toui de Spix Forpus xanthopterygius.

J

Toui céleste couleurs ancestrales mâle Élevage et © Davide Tornatore

e suis un fan de mutations et au fil du temps j’ai collecté une grande quantité d’informations sur les mutations du Toui céleste que j’ai essayé de vérifier personnellement chaque fois que cela était possible. Les informations ont été recueillies par la lecture de livres, sur Internet, en échangeant avec de nombreux éleveurs européens et au-delà, et à partir de mes expériences d’élevage. Dans cet article je vais aborder les mutations du Toui céleste, à partir des données recueillies au fil du temps, parfois contradictoires. Je vous propose donc mes « thèses » auxquelles je crois personnellement sur la base de preuves empiriques ou de témoignages. Cette méthode, bien que rigoureusement appliquée, n’est peut-être pas exempte d’erreurs par manque informations ou suite à certaines conclusions erronées. Pour cela, je m’excuse dès à présent auprès des lecteurs. L’article évoque également l’apparition et l’évolution des mutations, et pour cette raison, il est voué à devenir obsolète, espérons-le assez rapidement, ce qui prouverait l’apparition de nouvelles mutations ou le fait que

certaines qui ont fait leur apparition ont été travaillées et « corrigées ». En résumé, cet article ne prétend pas être un traité scientifique sur les mutations du Toui céleste, mais une synthèse d’informations scrupuleusement acquises au fil du temps par un éleveur passionné par cette petite perruche sud-américaine, dans l’espoir d’écrire quelque chose d’utile pour le lecteur et surtout pour impliquer d’autres personnes dans cette passion que j’appelle « forpusmania ». Les mutations sont présentes presque exclusivement chez l’espèce Forpus coelestis, à quelques rares exceptions près. Par conséquent, ce qui suit se réfère à cette espèce, sauf indication contraire.

Type sauvage (couleurs ancestrales) Il ne s’agit pas d’une mutation mais des couleurs dont mère nature a doté ce toui. J’ai dit que j’aime les mutations et que j’aime élever des sujets mutés, mais je crois qu’en dehors de la couleur des plumes, pour élever des sujets de qualité avec des caractéristiques proches de celles que l’espèce a dans la nature, il faut toujours partir de sujets ancestraux de bonne qualité. Pour cela, j’obtiens souvent des sujets mutés issus de couples dont un parent est de couleurs ancestrales. Voici quelques caractéristiques du plumage du phénotype sauvage (j’expliquerai plus tard comment agissent les différentes mutations sur ce plumage) : • Chez le mâle, le dos et les “épaules” sont vert foncé avec des nuances de gris. La tête, les joues et la gorge vert

Les Oiseaux du Monde - 22 - N° 393 - Janvier 2022

sont pomme vif ; derrière l’œil, il y a une ligne bleue bien définie qui s’estompe sur les côtés des joues. La poitrine, le ventre et les flancs sont verts avec des suffusions gris très clair qui deviennent vert-jaune au niveau des sous-caudales. Le croupion et le dessous des ailes, dans la partie axillaire sont bleu cobalt intense. • Chez la femelle, le dos est vert clair sans suffusions grises. La poitrine, le ventre et l’abdomen sont verts.

Mutation bleue C’est l’une des premières mutations fixées chez cet oiseau (probablement la première). C’est une mutation récessive. Le mâle conserve un bleu plus intense (cobalt) au bout des ailes, au-dessous des ailes et au croupion. C’est sans doute la mutation la plus répandue, mais aussi l’une des plus belles. Il s’agit d’une mutation récessive due à la réduction (totale ou partielle) de la pigmentation jaune de la forme ancestrale de couleur verte (le vert est la somme du jaune et du bleu). Cette mutation est souvent combinée à toutes les autres, générant ce qu’on appelle des mutations de la série bleue, n’existant actuellement que pour Forpus cœlestis.

Mutation « ailes grises » Cette mutation est connue sous le nom international « marbled », qui se traduit littéralement par « marbré » en raison de l’effet produit par la mutation au dos qui rappelle visuellement les stries du marbre. La particularité est la présence de stries grisâtres sur les ailes, moins visibles sur les femelles. Beaucoup de spécimens (à écarter pour la sélection de la mutation) montrent de façon discrète ses stries et sont souvent confondus avec le pastel : selon l’avis des experts internationaux en génétique et par des preuves empiriques, la mutation pastel n’est pas actuellement une mutation fixée chez les Forpus coelestis : en effet, en accouplant des spécimens supposés pastel entre eux je n’ai pas obtenu (ou vu) 100% de descendants avec la même mutation. Il s’agit d’une mutation récessive liée à la réduction totale ou partielle de l’eumélanine de la penne avec effet de jaunissement. Chez le mâle, le vert laisse place à un vert beaucoup plus ténu avec des nuances de pastel (jaune foncé)

avec quelques suffusions grises évidentes surtout sur les ailes. Le violet du croupion des ailes vire au bleu vif. Dans la série bleue, en revanche, il y a un bleu très clair tendant au blanc, avec des suffusions grises évidentes surtout sur les ailes. Les femelles, par contre, sont d’un jaune plus clair et plus intense que le mâle et les suffusions grises sont peu marquées, de même dans la mutation bleue, la couleur est presque blanche avec de légères suffusions grises. Cette mutation peut s’exprimer avec des différences de nuances selon les sujets. Les femelles sont très similaires à celles de la mutation Yellam.

Touï céleste bleu facteur sombre Élevage et © Davide Tornatore

Mutation Yellam (américaine) C’est une mutation récessive qui a été identifiée pour la première fois aux États-Unis à la fin des années 1980. L’oiseau est apparu jaune mais il était immédiatement évident qu’il ne s’agissait pas de la mutation lutinos étant donné les différences évidentes. Compte tenu de la couleur et de l’origine géographique, cette mutation a été définie parmi les éleveurs comme American Yellow et American White lorsqu’elle est associée à la mutation bleue. Cette nomenclature est toujours la plus utilisée parmi les propriétaires de Forpus. Au fil du temps, les généticiens ont tenté de vérifier s’il s’agissait d’une mutation déjà présente chez

Toui céleste Yellam mâle Élevage et © Davide Tornatore

Les Oiseaux du Monde - 23 - N° 393 - Janvier 2022

Toui céleste fallow mâle Élevage et © Davide Tornatore

d’autres espèces en recherchant avant tout chez le dilué et le pastel pour certaines similitudes visuelles. Les résultats des recherches ont montré que cette mutation n’était ni le dilué ni le pastel mais plutôt une nouvelle mutation non présente chez d’autres espèces. Puisqu’il n’est pas permis aux généticiens d’indiquer le lieu géographique d’origine dans la nomenclature de la mutation, le nom scientifique donné a été « yellam » : « yellam vert » pour les oiseaux porteurs de la mutation yellam uniquement et « yellam blue » pour ceux de la série bleue. Le vert laisse place au jaune même si les zones avec des marques bleues dans le plumage restent très évidentes, le cobalt des mâles laisse place à un bleu vif/turquoise. Associé à la mutation bleue, le yellam montre des spécimens presque blancs mais aussi dans ce cas avec quelques marques bleu vif/turquoise très évidentes chez les mâles. Certains mâles de cette mutation ont une faible concentration de bleu dans les zones typiques (sourcils, croupion et rémiges) ce qui les fait parfois confondre avec les femelles. Ce sont des spécimens atypiques qui ne sont pas conformes au standard. Cette mutation peut s’exprimer avec des différences de nuances selon le sexe et le sujet.

Mutation faded Cette mutation est parfois appelée « isabelle » même si c’est probablement à tort. D’autres fois, compte tenu de certaines similitudes visuelles, elle est confondue avec la mutation « cinnamon ». C’est l’une des premières mutations trouvées chez ce Forpus, elle remonte au début des années 1980 en Allemagne. C’est une mutation qui, malgré son charme propre à mon sens, n’a pas rencontré un grand succès. Elle est, pour cette raison, très difficile à trouver chez les

éleveurs d’Europe méditerranéenne, mais plus facile à trouver chez les éleveurs d’Europe du Nord même si c’est en très petit nombre. Compte tenu de l’absence d’attrait, c’est l’une des rares exceptions au principe selon lequel la rareté de l’offre signifie un coût d’achat élevé ! Il s’agit d’une mutation récessive liée à la réduction d’eumélanine qui se produit dans une proportion réduite. Les couleurs apparaissent légèrement plus claires à l’œil, presque « délavées ». Le mâle et la femelle ont les mêmes différences que chez les couleurs ancestrales, mais le vert, et dans les deux cas, laisse place à une gradation plus claire et plus diffuse.

Mutation fallow C’est une mutation récessive caractérisée par l’œil rouge et une couleur plus claire du plumage (teintes pastelles). Le mâle dans la série verte se caractérise par la substitution d’un bleu foncé à la place du cobalt/violet dans les zones typiques (sous l’aile, extrémités des ailes, croupion et zone supraciliaire). Il s’agit d’une mutation liée à la réduction non homogène de l’eumélanine dans la structure de la plume. C’est une mutation qui à notre avis est très fascinante et très réussie, comme toutes les mutations aux yeux rouges, mais l’œil est justement le point faible, il faut donc faire plus attention à l’exposition à la lumière pour ces sujets, étant plus exposés au risque de cécité. La femelle a une dilution de couleur sur toute la surface du plumage. Chez le mâle, le plumage de la tête a une couleur visiblement plus claire que celle du reste du corps. Les sujets aux yeux rouges ont tendance à avoir une taille réduite et à montrer d’autres défauts. Il est donc conseillé de maintenir un bon standard et des sujets en bonne santé, de les accoupler avec des porteurs de fallow typiques et robustes car il n’est donc pas recommandé d’accoupler deux oiseaux fallow entre eux.

Mutation panaché dominant Dans Da ns cer erta tain ta ines in es zon ones es du co corp rpss, rp s, le vertt estt rempl plac acé é pa p r du du jau aune ne (ou du blan bl ancc en sér an érie éri ie ble leue leue ue)), ), le nomb mbre bre de La suite de cet article sera publié dans la revue du mois de février 2022.

Les Oiseaux du Monde - 24 - N° 393 - Janvier 2022

Le GORNA : centre de sauvegarde pour la faune sauvage Coralie Le Falher Soigneuse animalière

A

P਱੉ਲਤਭਲ਼ਠਲ਼ਨਮਭ : ਢ਱੉੉ ਨਫ ਸ ਠ 39 ਠਭਲ, ਤਭ 1983, le Groupement Ornithologique du Refuge Nord Alsace (GORNA) est une association locale, reconnue de Mission d’Utilité Publique, qui gère le fonctionnement d’un centre de soins pour la faune sauvage.

gréé par la Préfecture pour toutes les espèces de l’avifaune européenne et les petits mammifères, le centre accueille les animaux sauvages en détresse dans le but de les soigner et de les relâcher dans le milieu naturel. Son équipe de soigneurs professionnels se compose de cinq salariés dont trois titulaires du certificat de capacité et de deux aidesoigneurs, ainsi que de vétérinaires bénévoles. Son action permet de compenser partiellement l’effondrement des dynamiques de population de la faune locale dû aux activités anthropiques. Chaque année, ce sont près de 1800 animaux provenant du nord du BasRhin, de l’Eurométropole de Strasbourg et de l’est de la Lorraine qui sont confiés au centre de soins. Ce dernier répond à une demande croissante de personnes confrontées à la découverte d’un animal en détresse et soucieuses du respect de l’animal et de la réglementation pour les espèces protégées. Une permanence téléphonique est assurée par l’équipe de soins tous les jours de l’année, week-end et jours fériés compris, afin de répondre aux situations d’urgence et aux questions diverses concernant la faune sauvage, sa cohabitation avec l’homme, etc. A savoir que les frais de fonctionnement et les investissements du centre sont essentiellement financés par des mécénats, des subventions publiques, et des dons. En plus de sa mission première d’accueil et de soins d’animaux blessés, ce centre exerce également d’autres activités notamment dans les domaines de prévention de certaines causes d’accueil et de sensibilisation du public, de surveillance épidémio-

sanitaire de la faune et de vigilance de santé publique pour l’influenza aviaire. Toutes les informations et les actualités du centre de soins sont à retrouver sur notre site internet : www.gorna.fr et sur Facebook.

Volière pour échassiers - Cigognes blanches © GORNA

Localisation et installations Le centre de sauvegarde est implanté à Neuwiller-lès-Saverne, au cœur du Parc Naturel Régional des Vosges du Nord en périphérie de la Réserve Nationale de la Chasse et de la Faune Sauvage. Situé dans une ancienne maison forestière, l’ensemble des différents équipements occupe une surface totale de plus d’un hectare. Toutes les installations ont été construites en accord avec la législation en vigueur mais avec de nombreuses améliorations afin de garantir toujours plus de bien-être et de qualité de soins aux pensionnaires.

Les Oiseaux du Monde - 25 - N° 393 - Janvier 2022

Les installations de contention des animaux sont constituées de : - Une infirmerie : pièce indispensable pour le centre de soins, elle permet le suivi constant des animaux convalescents et l’élevage des jeunes individus. - Douze boxes d’isolement : seconde étape de soins pour animaux encore affaiblis et jeunes rapaces ou échassiers encore inaptes au vol. Les mammifères peuvent également être élevés dans ce type de structure. - Six volières d’émancipation progressive de 10m de long : ces installations sont spécialement équipées afin de permettre aux orphelins (mammifères et oiseaux) de s’adapter progressivement à leur nouvel environnement une fois relâchés. - Deux volières adaptées pour la convalescence des très petits passereaux, une volière spéciale échassiers, une volière spéciale passereaux et deux boxes dédiés à l’accueil du chat forestier Felis silvestris. - Quatre volières de rééducations de 20m, 35m et 50m de long : elles sont indispensables pour que les oiseaux convalescents récupèrent la totalité de leurs capacités physiques.

Buse variable avec des barbelés © GORNA

Partenariat avec les vétérinaires

Dremel pour limer le bec de ce Grand-duc d’Europe © GORNA

Jeune Cygne tuberculé avec hameçon © GORNA

Au quotidien, une équipe de trois soigneurs animaliers travaillent au centre de soins, la mise en sécurité de l’animal accueilli et la stabilisation de son état font partie de leur mission première. Lorsque le cas de l’animal l’exige, un trajet vers l’une des cliniques vétérinaires partenaires du centre peut être organiser afin que l’animal puisse bénéficier des examens et des soins spécifiques relevant des compétences d’un vétérinaire ou être euthanasié si son état ne permet aucun espoir. Les actes vétérinaires peuvent aller de la prise d’images radiographiques, à la chirurgie (pose de broches, fixateurs externes, etc.), à la traumatologie et à l’ostéopathie.

Pôle de formation En tant que pôle de formation agréé par la Direction Régionale du Travail, de l’Emploi et de la Formation Professionnelle, le centre propose trois types de formation : - Des modules « Initiation aux premiers secours à la faune sauvage en détresse » destinés aux agents des différents services confrontés régulièrement aux problèmes liés aux animaux sauvages blessés. Sont concernés : l’ONF, l’OFB, les sapeurs-pompiers, les policiers municipaux, les vétérinaires, les agents d’EDF et d’Electricité de Strasbourg, la fourrière de l’Eurométropole, etc. - La formation de professionnalisation destinée aux écovolontaires, aux futurs responsables de centres de sauvegarde et aux étudiants souhaitant acquérir une expérience professionnelle dans les activités du centre de sauvegarde de la faune sauvage. Cette formation concerne également les demandeurs de certificat de capacité pour la faune sauvage non-captive qui, comme la législation l’exige, doivent justifier d’un enseignement spécifique. - La formation « correspondants » : cette formation est spécifique aux bénévoles du GORNA qui acheminent au centre de soins les animaux en détresse trouvés dans leur secteur de résidence.

Deux anecdotes qui ont marqué notre centre de soins Détention illégale de deux Chouettes hulottes « Mais moi…, j’aime les animaux !!! », c’est ce que nous a affirmé le détenteur de deux jeunes Chouettes hulottes Les Oiseaux du Monde - 26 - N° 393 - Janvier 2022

qu’il avait récupérées, en septembre dernier, suite à « leur chute du nid ». C’est au cours d’un contrôle d’agents de l’Office Français pour la Biodiversité pour détention illégale de perroquets que ces deux chouettes ont été découvertes. Cette personne a été saisie et contrainte de les déposer au GORNA. Il a évidemment fait l’objet de poursuites judiciaires pour détention illégale d’espèces protégées. Ces chouettes étaient enfermées dans une cage grillagée de 2 mètres sur 4. A leur arrivée au centre de soins, nous n’avons pu que constater un véritable désastre. Outre le plumage intégralement souillé par les fientes, toutes les rémiges étaient cassées à leur base et les extrémités des ailes ont été « limées » par les frictions répétées contre le grillage. Ces deux chouettes ont pu être relâchées après une mue complète, soit près d’un an après leur accueil au centre. Une seconde captivité longue et éprouvante pour ces deux individus. N’oublions jamais que les animaux sauvages sont totalement indifférents à « l’amour » des Hommes mais doivent pouvoir bénéficier de tout l’égard, du respect et de la liberté qui leur sont dus. Relâcher d’une Cigogne noire En 2013 et pour la première fois (et pour l’instant) unique fois, une Cigogne noire a été accueillie au centre

de soins suite à un transfert d’un autre centre de soins. En effet, cette jeune Cigogne noire avait été réceptionnée par le centre UFCS (Union Française des Centres de Sauvegarde) de l’Aisne à Hirson le 12 mai 2013. L’oiseau était affaibli et présentait un sérieux problème de plumage. Le GORNA disposant de structures adaptées pour une captivité de longue durée, il est décidé que l’oiseau passerait sa convalescence en Alsace et est donc transféré dix jours après sa découverte. Après auscultation approfondie avec les vétérinaires partenaires du GORNA, il est détecté qu’un dysfonctionnement de la glande uropygienne a empêché l’oiseau d’entretenir convenablement son plumage. La glande, qui sécrète une substance grasse, a été « débloquée » par pression et massage après nettoyage. Les plumes cassées nous ont contraint à garder la cigogne jusqu’à la mue complète de son plumage. L’espèce étant migratrice et très sensible, un relâcher a été programmé fin mai 2015, en concertation avec des spécialistes de l’espèce. Cette pé-

Cigogne noire au centre de soins en juillet 2013 - mauvais état du plumage © GORNA

riode allait permettre à cette cigogne de retrouver une parfaite autonomie avant l’automne, période de sa migration vers l’Afrique. L’individu ayant été bagué, il a pu être observé plusieurs jours et mois après son relâcher ce qui laissent présager une parfaite réintégration dans le milieu naturel.

Lâcher Buses variables © GORNA

Les Oiseaux du Monde - 27 - N° 393 - Janvier 2022

Législation

Arrêté ministériel du 08 octobre 2018 fixant les règles générales de détention d’animaux d’espèces non domestiques 2ème partie

Yves Cornillon P਱੉ਲਤਭਲ਼ਤ਱ ਢਤਲ਼ ਠ਱਱੊ਲ਼੉ ਭ’ਠ ਯਠਲ ੉ਲ਼੉ ਴ਭਤ ਯਠ਱ਲ਼ਨਤ ਣਤ ਯਫਠਨਲਨ਱, en effet, comment rendre attractive sa présentation tout en restituant l’essentiel de cette usine à gaz ? tion « un et plus ». On peut se questionner sur l’utilité de l’obligation d’enregistrer les oiseaux non soumis à marquage obligatoire dans le registre d’entrée et de sortie. En effet, si de tels spécimens portant une bague d’identification peuvent y être enregistrés, qu’advient-il de ceux qui n’en sont pas munis ? Ils ne seront pas dans l’illégalité puisque non soumis à marquage obligatoire mais en même temps, comment différencier deux ou trois oiseaux voire plus, non marqués, de sexe, âge, plumage identique pour les enregistrer sur le registre ? L’article 8 prévoit une exemption de tenue de registre dans les établissements d’élevage, de vente et de transit des espèces de gibier dont la

Amazone diadème Éleveur Ludovic Cadoret Championnat de France 2019 Palavas-les-Flots © Philippe Rocher

chasse est autorisée. Après consultation du ministère de la transition écologique, sa position est de confirmer que cette exception ne s’applique qu’aux établissements d’élevage de gibiers chassables de catégorie A (élevages de gibiers destinés aux relâcher) mais pas aux élevages d’agréments détenant de telles espèces, ni aux élevages détenant un mélange d’oiseaux d’espèces chassables et non chassables, ni encore à ceux effectuant de la présentation au public d’oiseaux d’espèces chassables. De ce fait, et à titre d’exemple, un particulier détenant pour son agrément six Geais des chênes ou six Pies bavardes, gibier dont la chasse est autorisée, devra bien les inscrire dans le registre d’entrées-sorties évoqué

Je suis un éleveur d’agrément :

Article 8 et 9 : Registre d’entrée et de sortie des animaux d’espèces non domestiques détenus en captivité (cerfa 15970*01) Il s’agit du seul registre d’entrée et sortie désormais obligatoire dans les élevages concernés : - Élevages d’agrément (élevages d’agrément détenant des espèces sous déclaration de détention) ; - Établissements d’élevage (certificat de capacité et autorisation préfectorale d’ouverture d’établissement). Quelques particularités : - Il n’est plus paraphé par les autorités (Préfet, Commissaire de police, Maire). - Toutes les espèces hébergées dans ces deux types d’élevage doivent y figurer, hormis celles qui relèvent, quel que soit l’effectif détenu, de la colonne (a) de l’annexe 2 de l’arrêté du 8 octobre 2018 qui portent la men-

1 . Je n ne e su suis is s soumis oumi ou mis s à au aucu aucune cune ne fformalité orma or mali lité té : • Si je ne détiens que des espèces listées dans la colonne (a) de l’arrêté du d u 08 octobre 2018 ; • Si, parmi celles-ci, aucune n’est soumise à marquage obligatoire et enregistrement g istrement dans le fichier national I-fap ou si celles-ci comportent la mention « 1 et plus » ; • Si je respecte les quotas ; • Si mon élevage est sans but lucratif 2 . Je suis soumis à formalité : • Si je ne détiens que des espèces listées dans la colonne (b)* de l’arrêté du d u 08 octobre 2018 ; • Si je détiens des espèces soumises à marquage obligatoire et enregisttrement rement dans le fichier national I-fap, listées dans la colonne (a) ** de l’arrêté du d u 08 octobre 2018 ; Formalités F ormalités : * Déclaration préalable de détention sur le document cerfa n°1596*01 pour lles es espèces listées dans la colonne (b) de l’arrêté du 08 octobre 2018, marquage q uage obligatoire et enregistrement dans le fichier national I-fap, tenue d’un rregistre egistre des entrées et sorties cerfa n°15970*01. **** Marquage obligatoire et enregistrement dans le fichier national I-fap, pour lles es espèces listées dans la colonne (a) de l’arrêté du 08 octobre 2018, tenue d’un d ’un registre des entrées et sorties cerfa n°15970*01.

Les Oiseaux du Monde - 28 - N° 393 - Janvier 2022

aux articles 8 et 9 de l’arrêté de 2018 (espèces figurant dans la colonne (a) de l’annexe 2 de l’arrêté « Autres espèces de corvidés listés à l’arrêté du 26 juin 1987 »). S’il en possède sept et plus (dépassement du quota de six spécimens), il deviendra un établissement d’élevage de gibiers chassables, mais de catégorie B (non destiné au relâcher), et restera donc toujours soumis à l’inscription de ces oiseaux dans le registre d’entrées-sorties. Le registre doit être renseigné au jour le jour et toutes les pièces justificatives du mouvement des espèces concernées doivent y être annexées (certificat de cession, déclaration de marquage, certificat intracommunautaire, facture d’achat, …). Il est également possible de tenir ce registre dans une version numérique offrant toute garantie en matière de preuve. Une édition du registre informatisée est transmise, le cas échéant par voie électronique, une fois par trimestre à la DD(CS)PP du département dans lequel est situé l’élevage, sauf si aucun évènement n’a été mentionné durant ce trimestre. Après sa clôture, ce registre et les pièces justificatives qui l’accompagnent doivent être conservées au moins cinq ans. On considérera le registre clôturé une fois tous les animaux enregistrés marqués mort ou sortis de l’élevage.

Article 10 : Cession des animaux d’espèces non domestiques détenus en captivité Deux types d’attestations de cession : I - Une attestation pour les espèces protégées II - Une attestation pour les autres espèces I - Lors de la cession, à titre gratuit ou onéreux, d’un oiseau appartenant à une espèce protégée en application de l’article L. 411-1 du code de l’environnement (arrêté du 29 octobre 2009 relatif aux oiseaux protégés sur l’ensemble du territoire, arrêté du 25 mars 2015 relatif aux oiseaux protégés de Guyane), ou en annexe A du règlement (CE) 338/97), le cédant et le cessionnaire établissent une attestation de cession. Pour les espèces précitées, l’attestation de cession doit comporter à minima les informations suivantes : - Les noms scientifiques (nom latin)

et vernaculaires (nom français) de l’espèce à laquelle appartient l’oiseau cédé ; - Le sexe s’il est connu ; - L’âge ou la date de naissance s’ils sont connus ; - Les caractères particuliers ; - L’origine (naissance en captivité, importation, prélèvement dans la nature) ; - Le statut juridique de l’espèce à laquelle appartient l’oiseau cédé (protégée en application de l’article L.411-1 du code de l’environnement, figurant en annexe A, B, C, D ou X, du règlement communautaire (CE) 338/97, figurant aux colonnes (a), (b) ou (c) de l’arrêté du 8 octobre 2018) ; - Le mode et le numéro de marquage de l’oiseau cédé, le cas échéant ; - Le nom ou la raison sociale et les coordonnées complètes du cédant ; - Le nom et la raison sociale et les coordonnées du cessionnaire ; - Les références de la déclaration de détention ou du certificat de capacité et de l’autorisation préfectorale d’ouverture d’établissement, le cas échéant, pour la détention de l’oiseau cédé dont dispose le cédant ; - Les références de la déclaration de détention ou du certificat de capacité et de l’autorisation préfectorale d’ouverture d’établissement, le cas échéant, pour la détention de l’oiseau cédé dont dispose le cessionnaire ; - Les références des autorisations administratives requises en application du règlement (CE) n° 338/97, le cas échéant, pour la cession de l’oiseau ; - La date, le lieu et les conditions financières de la cession. II. - Lors de la cession, à titre gratuit ou onéreux, d’un oiseau d’une espèce autre que celles mentionnées au I, le cédant et le cessionnaire

Perroquet de Rüppel Éleveur Alain Lefort Championnat de France 2019 Palavas-les-Flots © Philippe Rocher

établissent une attestation de cession sur laquelle figurent a minima les informations suivantes : - Les noms scientifiques et vernaculaires de l’espèce à laquelle appartient l’oiseau cédé ; - Le nom ou la raison sociale et les coordonnées complètes du cédant ; - Le nom ou la raison sociale et les coordonnées complètes du cessionnaire ; - La date, le lieu et les conditions financières de la cession. Cette attestation de cession peut prendre la forme d’un ticket de caisse ou d’une facture (achat auprès d’un professionnel). L’attestation de cession est établie en au moins deux exemplaires, dont chacun doit être signé par le cédant et par le cessionnaire. Un exemplaire est conservé par le cédant, l’autre exemplaire est conservé par le cessionnaire. Précision : le document cerfa de

Les Oiseaux du Monde - 29 - N° 393 - Janvier 2022

cession n° 14367*01 n’est plus en concordance avec les informations requises à minima par l’arrêté du 8 octobre 2018, lors de la cession des espèces d’oiseaux non domestiques, qu’elles soient protégées ou non. Il ne doit plus être utilisé en l’état. Dans l’attente de sa modification officielle, l’UOF a créé un nouveau document qui répond aux nouvelles obligations, celui-ci est disponible en téléchargement sur le site internet de l’Union.

Article 11 : Toute vente d’un oiseau vivant d’espèce non domestique doit s’accompagner de la délivrance, y compris par voie électronique, d’un document d’information. Ce document, en langue française, présente : - Les noms scientifiques et vernaculaires de l’espèce ; - Son statut de protection ; - Sa longévité ; - Sa taille adulte ; - Son mode de vie sociale ; - Son comportement et, en particulier, sa dangerosité ; - Son mode de reproduction ; - Son régime alimentaire et la ration quotidienne ; - Les conditions d’hébergement ; - Toute information complémentaire jugée utile pour garantir la satisfaction des besoins physiologiques et comportementaux. Ce document d’information doit comporter également la mention : « Afin de préserver la vie sauvage, l’animal dont vous venez de faire l’acquisition ne doit pas être relâché dans le milieu naturel ». L’UOF a créé pour ses adhérents une série de documents d’information recouvrant la plupart des spécimens cédés dans nos élevages, ceux-ci sont disponibles sous leur version papier ou QR codes.

la forme de tableaux qui renvoient chaque détenteur vers le cas qui le concerne. Il pourra ainsi déterminer quelle procédure s’applique à son élevage, qui sera soit : - Celle d’un élevage d’agrément ; - Celle d’un élevage d’agrément soumis à déclaration de détention ; - Celle d’un établissement d’élevage. Quelques précisions importantes qui ne sont pas reprises dans la synthèse des tableaux : Concernant l’article 14 : Lorsque le nombre d’oiseaux détenus dans l’élevage excède 100 spécimens adultes, les installations d’hébergements constituent un établissement d’élevage. Si les installations d’hébergement comportent un nombre total d’animaux adultes excédant 40 spécimens, appartenant à plusieurs classes zoologiques (mammifères, oiseaux, reptiles et amphibiens), ces installations constituent un établissement d’élevage. Il est interdit d’exposer en vue de la vente des oiseaux appartenant à une espèce ou à un groupe d’espèces qui relève dès le premier spécimen détenu, de la colonne (c) de l’annexe 2 de l’arrêté. Ces oiseaux ne doivent pas être présentés à la vente lors des expositions ou des expositions – bourses.

Concernant l’article 15 : En cas de prêt d’un oiseau appartenant à une espèce ou d’un groupe d’espèces figurant dans la colonne (b) ou (c) de l’annexe 2, l’emprunteur doit respecter les régimes règlementaires prévus aux articles 13 ou 14. Ainsi, un oiseau d’une espèce figurant dans la colonne (b) ne pourra être prêté qu’à une personne ayant procédé à la déclaration de détention de cette espèce ou à une personne titulaire d’un certificat de capacité et une autorisation d’ouverture d’établissement autorisant la détention de cette espèce. Un oiseau d’une espèce figurant dans la colonne (c) ne pourra être prêté qu’à une personne titulaire d’un certificat de capacité et une autorisation d’ouverture d’établissement autorisant la détention de cette espèce ; En cas de décès du propriétaire d’un oiseau appartenant à une espèce ou un groupe d’espèce figurant dans la colonne (b) ou (c) de l’annexe 2, l’oiseau devra être placé dans un lieu respectant les régimes règlementaires prévus aux articles 13 ou 14. Lors des prêts d’oiseaux entre personnes autorisées, les mouvements Sizerin flammé couleurs ancestrales Éleveur Franck TALBOT Championnat de France 2019 Palavas-les-Flots © Christian Chalendar

Articles 12, 13, 14,15,16,17 et 18 : Procédures préalables à la détention d’animaux d’espèces non domestiques. Critères de détermination de la procédure applicable à la détention d’animaux d’espèces non domestiques. Afin de rompre avec une présentation un peu fastidieuse mais inévitable de l’arrêté, les points les plus importants de ces articles sont synthétisés sous Les Oiseaux du Monde - 30 - N° 393 - Janvier 2022

doivent être renseignés dans les registres d’entrée et de sortie du lieu de départ et du lieu d’arrivée. Concernant l’article 16 : La déclaration de détention est, soit réalisée par téléservice à l’aide du document cerfa n°15 967*01, soit adressée par lettre recommandée avec avis de réception au préfet du département du lieu de détention des animaux. Une notice d’utilisation de la télédéclaration et du cerfa de déclaration à destination des déclarants a été adressée par L.G.D (2019-2020 numéro 8) le 17 juillet 2019 aux présidents de clubs. En cas de besoin, elle est disponible en adressant votre demande sur mon adresse de contact. Concernant l’article 17 : Il concerne les textes qu’abroge cet arrêté. Concernant l’article 18 : Il comporte la signature des deux signataires de cet arrêté, à savoir le Ministre de la transition écologique et solidaire et le Ministre de l’agriculture et de l’alimentation.

III. Annexes Annexe 1 Les articles sont suivis de l’annexe 1 qui répertorie les procédés et les modalités techniques de marquage. En ce qui concerne les oiseaux, ceux-ci sont : - La bague fermée ; - La bague ouverte (posée en présence d’un agent désigné par l’article 415-1 du code de l’environnement) ; - Le transpondeur (puce). Il importe de se souvenir qu’après avoir été placée sur l’oiseau, dans les premiers jours de sa vie, la bague ne doit pas pouvoir être enlevée de la patte de l’oiseau devenu adulte. Annexe 2 Présentation sous la forme d’un tableau du statut règlementaire et du régime de détention qui s’applique à chaque espèce et pour certaines leur interdiction de détention. Le tableau comporte trois colonnes : - Colonne (a) pas de formalités ; - Colonne (b) déclaration de détention (ex autorisation de détention) ; - Colonne (c) certificat de capacité et autorisation d’ouverture. Afin d’éviter de placer les éleveurs dans l’erreur, il eut été utile de formuler différemment la première colonne (a) « pas de formalités ». En effet, dans celle-ci peuvent figurer des es-

Géopélie zébrée brune Éleveur Michel ROUDIER Championnat de France 2019 Palavas-les-Flots © Philippe Rocher

pèces soumises à marquage obligatoire et enregistrement payant sur le registre I-fap, avec l’établissement d’un document cerfa de marquage. Or, si cette démarche obligatoire doit être réalisée selon une procédure qui est bien précisée dans l’arrêté, qu’estce donc si ce n’est une formalité ? Pour l’application des seuils mentionnés dans ce tableau, il est tenu compte de tous les oiseaux détenus, quel que soit leur âge, toutefois, les oiseaux nés dans l’élevage ne sont pas comptabilisés tant qu’ils sont au stade juvénile. Important : Sur le dernier arrêté modificatif du 29 mars 2021 (JORF du 22/04/2021), après une étude approfondie du tableau, j’ai relevé une modification notable concernant l’arrêté du 29 octobre 2009 relatif aux oiseaux protégés sur l’ensemble du territoire national (modification confirmée par le ministère de la transition écologique après consultation). Pour mémoire, dans cet arrêté, les espèces sont réparties en huit catégories, définies par un symbole selon leur présence occasionnelle ou régulière ou absence du territoire métropolitain et/ou de l’ensemble du territoire de l’UE ou du territoire d’au moins un état membre de l’UE… Comme auparavant, le régime de détention indiqué (certificat de capacité et autorisation d’ouverture d’éta-

blissement dès le premier spécimen détenu) s’applique aux espèces concernées sur l’ensemble du territoire national dès le premier spécimen détenu. Toutefois, il ne s’applique pas aux espèces identifiées par d’autres symboles que « cercle noir plein » et « carré noir plein ». Si auparavant, ces espèces pouvaient être détenues sans autorisation tout en assurant leur traçabilité et leur marquage, la dernière modification de l’arrêté, en date du 29 mars 2021 précise désormais clairement sous quel seuil est autorisée la détention de ces espèces :

- Toutes les autres espèces de Passé-riformes, *10 hors espèces figurant en riformes, annexe A du règlement (CE) n° 338/97 annexe susvisé et hors espèces protégées en susvisé application de l’article L. 411-1 du code application de l’environnement 10* de *10 Toutefois, les espèces protégées *10 identifi id dentifiées par un symbole autre que ● ou ou ■ dans l’arrêté du 29 octobre 2009 susvisé susvisé sont soumises à la présente Le seuil de détention de ces espèces se situe désormais de 1 à 6 spécimens, au-delà (dès le septième spécimen), le certificat de capacité et l’autorisation préfectorale d’ouverture d’établissement sont requis.

De 1 à 6

s.o.

7 et pl plus lus

Vu la complexité de cet arrêté et ses probables évolutions, je reste disponible pour tout complément d’informations. Vous pouvez éventuellement me contacter sur [email protected]

Les Oiseaux du Monde - 31 - N° 393 - Janvier 2022

Les fruits de la passion

LA PAGE DU DÉBUTANT DÉBUTANT Passiflora alata, Passiflora caerulea, Passiflora edulis, Passiflora ligularis, ... Famille des Passifloracées

Ce sont de jolies lianes pouvant atteindre plus de 7 mètres, que l’on trouve essentiellement dans les régions tropicales. Chaque fleur est une architecture complexe qui laisse admiratif. Les explorateurs espagnols ont découvert la passiflore au Pérou en 1569, mais les Aztèques connaissaient déjà ses propriétés. Les Amérindiens du sud des États-Unis l’utilisaient abondamment, tant en cuisine que pour traiter certains maux. Sous nos climats, une seule espèce assez rustique se développe en pleine terre : la Passiflore bleue (Passiflora caerulea). Ses fruits, ovoïdes, charnus et de couleur orange à maturité, sont insipides, mais consommés par les oiseaux. Par contre, les fruits exotiques, présents sur les étals, offrent des saveurs

exceptionnelles à nos palais, et éventuellement à nos pensionnaires. On peut cultiver ces passiflores en serre, et obtenir des fructifications, mais sans espérer faire des récoltes abondantes. Si vous détenez des oiseaux dans cette serre, vous serez souvent déçus de ne pouvoir récolter de fruit : les fleurs encore en boutons sont décortiquées pour atteindre nectar et pollen ! Adieu les espoirs de récolte ! La Grenadille (Passiflora edulis) au fruit violet ou la Barbadine (Passiflora quadrangularis) au gros fruit comme un œuf d’oie offrent leur saveur en sorbet ou en jus frais obtenu avec la pulpe mucilagineuse entourant chaque graine. Celles-ci contiennent des lipides (22 à 28% pour la dernière espèce).

Marc Bumb Lionel Durochat

Passiflora caerulea © Marc Bumb

Composition de la grenadille (Passiflora edulis) Composants g/100g

Minéraux

mg/100g

Vitamines mg/100g

Eau

75,9

Calcium

12

Vit A. (UI/100g)

0,5

Glucides

8,5

Phosphore

57

Vit. B1

0,01

Lipides

0 ,6

Fer

0,8

Vit. B2

0,12

Protides

2,6

Sodium

10

Vit. PP

0,3

Kcal/100g

Potassium

228

Vit. C

28

62

Magnésium

30

Calories

Les fruits, ovoïdes, charnus et de couleur violette à maturité, sont rafraîchissants et riches en vitamine C. Ils contiennent aussi des fibres alimentaires, des acides organiques, des alcaloïdes et de nombreux sels minéraux (K, Ph, Ca, Mg, Na, Fe, Cu, Zn, Mn, etc.). Ils entrent dans la composition de préparations médicamenteuses dans plusieurs pays européens. Usages Les fruits de la Passiflore bleue (espèce résistante) peuvent être dispo-

Fruit passiflore bleue © Marc Bumb

2

sés dans la volière, coupés en deux. De nombreux oiseaux apprécient la pulpe rouge, mucilagineuse, enveloppant les graines. On procède de même pour les fruits exotiques. Choisir des fruits encore frais, pas trop ridés, leur saveur se dégrade assez vite. Des études sur les animaux ont conclu que la plante avait un effet anxiolytique (tranquillisant), hypotensif et antispasmodique.

Les Oiseaux du Monde - 32 - N° 393 - Janvier 2022

Fruit passiflore bleue © Marc Bumb